LES MANIGANCES

 

Un jour, tous les Musées de Mémoire fermeront. Ce sera le jour où nous aurons épuisé le vivre ensemble et où il ne nous restera plus que le commémorer ensemble. Ce qui est bien c’est qu’on pourra en profiter pour se rassembler, et ça sera encore un chouette moment passé tous ensemble.

 

Les Manigances, c’est un projet de théâtre que la compagnie Modes d’emploi a initié en novembre 2016. Les points de départ de notre histoire, c’était ça

– Qu’est-ce qui fait repère, à travers notre Histoire ?

– Quelles traditions inventons-nous pour créer ce fameux vivre ensemble ?

– Quels liens avec le passé tissons-nous au présent ?

Et le temps a passé. Jour après jour, Journée du racisme après Journée des oubliés des vacances, on a lu, on a improvisé au plateau, on a élu un nouveau président, on a regardé droit dans les yeux un certain nombre de déclarations de grands chefs charismatiques. Ça donnait ça :

« Si je suis élu Président de la République, je demanderai à trois académiciens de s’entourer des meilleurs avis pour ré-écrire les programmes d’Histoire. »

« Je ne céderai rien à tous les responsables politiques qui aujourd’hui cherchent à instrumentaliser notre Histoire, à instrumentaliser mes propos à des fins clientélistes ou électoralistes. »

« Quels que soient nos parcours, nos origines, nos habitudes et nos aspirations, nous appartenons à une communauté de destins. La définir, c’est déjà lui donner un sens, c’est comprendre où l’on va, c’est décider ensemble du visage que nous souhaitons donner à la France de demain. »

« Vivre ensemble, c’est vivre ensemble. »

Alors on a imaginé une fable, une chose terrible : la fermeture de tous les Musées de Mémoire du territoire. C’était le 18 mai, un jeudi, on s’en souvient bien. Ce jour-là, c’est celui où la Mère a amené ses jumeaux, Léa et Jean-Baptiste, et sa nièce Mady à la commémoration nationale – oui, ici on commémore au moment de la catastrophe – à la commémoration nationale on disait, où le Père jouait du trombone. C’est le jour où la directrice des collections au Musée de l’Histoire de France a dû faire son discours de fermeture. C’est le jour où tous les employés ont été licenciés. C’est le jour où d’autres sont partis en vacances à Hiroshima, Tchernobyl ou Auschwitz, c’est le jour où quelqu’un a pris sa retraite, c’est le jour où quelqu’un d’autre est allé se faire épiler, c’est le jour où l’on a appris que des œuvres avaient peut-être disparues, c’est le jour où l’on s’est demandé à quoi ça servait de continuer à commémorer.

Bref, c’est le jour de la fin d’une Histoire qui raconte ce qui nous rassemble.

Création collaborative
Mise en scène et dramaturgie : Johanne Débat
Assistanat mise en scène : Marie Mainchin
Jeu : Alix Kuentz, Claire Marx, Ana Torralbo et Adeline Walter
C
réation lumière : Paul Argis
Collaboration à la scénographie : Benjamin Sillon, Karine Gérard, Samuel Olivier
Administration et développement : Inês Le Gué

Ce spectacle a été répété au Théâtre de la Bastille. Avec le soutien d’Arcadi Ile-de-France, de la SPEDIDAM, de la Chartreuse-Centre national des écritures du spectacle de Villeneuve-lez-Avignon, de la Ville de Montreuil, du Théâtre de l’Opprimé, de Viens Voir !, du Centre Maurice Ravel, des Laboratoires d’Aubervilliers, du Jardin d’Alice, du Lieu – Résidences de créations et du Super Théâtre Collectif.

Publicités